LE WHISKY

OKAYAMA

Whisky OKAYAMA Single Malt 40°

 C’est dans la préfecture d’Okayama que les frères Miyashita installèrent leur distillerie en 1915. Pendant presque 100 ans ils se sont forgés une solide réputation dans la réalisation de saké.

Pour comprendre pleinement la mentalité et surtout la rigueur des japonais dans les spiritueux, il faut un tant soit peu connaitre les stades de fabrication du saké.

Le plus significatif est le premier stade de cette fabrication : Le polissage du riz.

Pour que le saké soit réalisé avec la partie la plus noble du riz, les distilleurs vont polir les grains de riz le plus près possible du cœur, retirant en fonction de la qualité finale désirée, 50%, 60% et dans les sakés les plus élaborés jusqu’à 70% de la surface du grain de riz.

Vous comprendrez aisément qu’une distillerie qui est capable de par son savoir-faire d’être primée à des concours internationaux pour une réalisation aussi complexe que le saké, est à même de réaliser des distillats d’exceptions pour nos palais exigeants.

En 2011 la distillerie Miyashita décida donc de s’attaquer à la distillation de whisky.

Et pour se faire ils se sont dotés en 2015 d’un alambic allemand qui confère au whisky Okayama ce goût incomparable et léger pour un single malt.

Premier whisky de la distillerie révélé lors du virage à 180° de cette distillerie, Okayama Single Malt est un whisky aux arômes raffinés, riches et rafraîchissants qui continue de séduire les passionnés.

Comme nous vous l’expliquons un peu plus bas, « l’EAU » a une importance primordiale

Ce whisky bénéficie de l’eau provenant de la source Asahikawa, reconnue pour sa pureté cristalline et située à quelques encablures de la distillerie. Sa rareté se retrouve jusqu’au vieillissement puisque le jus est vieilli dans trois types de fûts parmi lesquels le très rare Mizunara, un bois japonais aux propriétés uniques.

 

NOTE DE DÉGUSTATION

NezDélicat et rafraîchissant - Fruits exotiques.

BoucheDouce et complexe - Mangue, noix de coco, poivre blanc, menthe.

FinaleDélicate et soyeuse - Céréales, épices, chêne.

offrir un bon cadeau dégustation whisky à paris

offrez une dégustation de ce whisky !

Origine Japon

carte origine whisky OKAYAMA japon

LE JAPON ET LE WHISKY

Le Japon découvrit tardivement le whisky, en effet ce n’est que dans les années 1850 que les premiers tonneaux de whisky (du Bourbon pour être plus précis) arrivèrent sur l’ile. C’est le fameux Commodore américain, Mattew Perry qui à l’occasion d’une expédition diplomatico/commerciale, offrit à l’empereur du Japon un fût de whisky.

Ce n’est qu’une quinzaine d’années plus tard pendant l’ère Meiji, que les premières distilleries japonaises virent le jour. Après plusieurs tâtonnements quant à l’utilisation de la matière première (riz, grains, etc…) le « père » du whisky japonais, Mastaka Taketsuru décide de partir en Ecosse à la fin de la 1ère guerre mondiale, étudier l’art ancestral de l’élaboration du whisky.

Ce n’est qu’après l’occupation américaine du Japon à la fin de la seconde guerre mondiale que le whisky s’est réellement développé au pays du soleil levant, pour arriver à son paroxysme au début des années 2000, recevant de nombreux prix d’excellence détrônant même le maître en la matière : l’Ecosse.

Aujourd’hui le whisky japonais est tellement devenu une référence que la plupart des stocks de whiskys âgés sont complètement épuisés et atteignent des sommes faramineuses sur les marchés aux enchères. Comme vous pourrez le constater sur la carte adjointe, de nombreuses distilleries japonaises ferment leurs portes définitivement.

Ce n’est pas dû à une raison économique mais bien à cause de la rigueur de fabrication japonaise. Les distilleries se construisent exactement comme à l’époque des premières communautés humaines : Près d’un point d’eau !

C’est un des secrets de l’excellence des breuvages japonais : L’eau !

Au début de l’installation des premières distilleries, les japonais recherchaient des sites ressemblant aux paysages d’Ecosse ou étaient installées les meilleures distilleries, mais très vite, ils se rendirent compte que le facteur principal de la réussite d’un bon whisky était la qualité de l’eau qui sera utilisé tout au long du processus de fabrication.

Mais hélas dès que la source d’eau se tarit ou bien que ces qualités minérales viennent à changer, les japonais n’hésitent pas à « tirer le rideau » plutôt que de mettre sur le marché un produit galvaudé ou légèrement vicié, ne correspondant plus à leur éthique et au respect du produit mis en vente sur le marché.

Whisky-Initiation

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
01 47 00 03 79

Suivez nous